Examens oraux devant jury — Compétences évaluées

Le Programme de qualification (PQC) des professionnels agréés de l'insolvabilité et de la réorganisation (PAIR) définit les qualités et aptitudes fondamentales de même que les compétences particulières que doivent posséder les personnes travaillant dans le domaine de l'insolvabilité et de la restructuration.

Les aptitudes, connaissances et capacités des candidats sont abordées de diverses façons :

  • un programme d'études structuré comprenant trois niveaux : cours d'introduction, cours de connaissances fondamentales et cours de connaissances appliquées;
  • l'acquisition de connaissances et d'expérience pratique en milieu de travail au moyen d'échanges, de supervision et d'encadrement;
  • les examens auto-administrés et devoirs;
  • l'évaluation des parrains;
  • les examens officiels, dont l'Examen national sur l'insolvabilité des CIRP/PAIR (ENIC).

Le tableau qui suit donne un aperçu de haut niveau des méthodes d'évaluation des qualités et aptitudes fondamentales ainsi que des compétences particulières :

Méthodes d'évaluation
Qualités et aptitudes fondamentales
Méthodes d'évaluation
Aptitudes professionnelles
Jugement efficace et pensée stratégique PQC et examen oral devant jury
Sens de l'éthique des affaires et professionnalisme PQC et examen oral devant jury
Qualités personnelles
Aptitude à communiquer oralement Validation des parrains du PQC et examen oral devant jury
Compétences particulières
Méthodes d'évaluation
Philosophie et pratique de l'insolvabilité PQC
Droit et procédures de l'insolvabilité PQC
Imposition et taxation PQC
Droit général des affaires PQC
Financement PQC
Gestion des activités commerciales PQC
Analyse financière et rapports connexes PQC

Dans le profil des compétences du Programme de qualification des CIRP/PAIR, l'ACPIR souligne que l'ENIC, examen final administré dans le cadre du programme, est un examen récapitulatif ayant pour but de mettre à l'essai les connaissances du candidat, sa compréhension des sujets traités, son habileté à appliquer ces connaissances théoriques à des situations pratiques et à formuler des solutions dans le cadre d'un cabinet d'insolvabilité et de réorganisation.

Sauf dans des cas exceptionnels, les candidats à une licence de syndic doivent montrer qu'ils ont réussi le PQC et l'Examen national sur l'insolvabilité des CIRP/PAIR, et compter à leur actif 2 400 heures d'expérience de travail dans le domaine de l'insolvabilité. Plutôt que de vérifier l'étendue des connaissances des candidats, le jury évaluera avant tout dans quelle mesure ils montrent dans leurs réponses qu'ils possèdent les compétences susmentionnées. Les candidats doivent toutefois démontrer qu'ils connaissent bien les lois pertinentes et qu'ils sont en mesure de les appliquer correctement. Les compétences suivantes seront évaluées dans le cadre de l'examen oral devant jury :


Jugement efficace et pensée stratégique

Dans le contexte de la faillite ou de l'insolvabilité, renvoie à la capacité de mettre en évidence les problèmes et les enjeux, de confirmer les faits, de consulter des spécialistes au besoin pour obtenir leur avis, et de déterminer les plans d'action réalistes à adopter compte tenu de la position des divers intervenants et du cadre législatif pertinent. Renvoie également à la capacité de recommander une stratégie et de l'étayer, à la lumière des données disponibles, et de faire état de toutes les hypothèses.

Exemples d'indicateurs de compétence du candidat qui fait preuve d'un jugement efficace et d'une pensée stratégique :

  • Définir et confirmer la nature d'un problème, l'étudier sous divers angles et envisager diverses solutions, et tenir compte de la position des intervenants visés avant d'adopter un plan pour résoudre le problème.
  • Reconnaître et passer en revue les facteurs pertinents d'une situation ou d'un problème, et chercher à obtenir des renseignements complémentaires et à les valider au besoin.
  • Appliquer les lois pertinentes de façon exacte et appropriée.
  • Savoir à quel moment il est indiqué de demander l'avis d'autres personnes, de les consulter ou de collaborer avec elles.
  • Évaluer les points forts et faiblesses d'une situation afin d'en venir à une conclusion sur les mérites ou la validité des mesures à prendre.
  • Prévoir les répercussions ou les risques inhérents à un plan d'action suggéré et élaborer les stratégies pertinentes afin d'en atténuer l'incidence.
  • Parvenir à une conclusion pertinente, même si l'on ne dispose que de données incomplètes ou contradictoires.

Sens de l'éthique des affaires et professionnalisme

Renvoie à la capacité de s'acquitter des fonctions requises en faisant preuve de compétence, d'excellence, d'efficacité, d'objectivité et d'impartialité tout en se conformant aux règles ou aux normes établies régissant la conduite des professionnels de l'insolvabilité. Il faudra notamment être capable d'agir et de réagir rapidement et de collaborer avec la population et les organismes de réglementation ainsi que de trouver un juste équilibre entre la transparence et une divulgation suffisante, d'une part, et la nécessité d'assurer la confidentialité d'autres renseignements, d'autre part.

Exemples d'indicateurs de compétence du candidat qui fait preuve de sens de l'éthique des affaires et de professionnalisme :

  • Appliquer des normes précises en formulant, en analysant et en traitant les transactions conformément aux conventions en place et à la législation pertinente.
  • Faire preuve de la diligence requise dans ses engagements professionnels en vue d'assurer l'intégrité de la procédure de faillite et d'insolvabilité.
  • Cerner les situations exigeant un renvoi ou la consultation d'autres professionnels ou spécialistes.
  • Planifier et faire preuve de la prudence et de la diligence requises, afin de s'assurer qu'en cas d'examen minutieux du processus décisionnel, on puisse conclure à un niveau élevé de responsabilité et de reddition de comptes.
  • Agir avec compétence, en faisant preuve d'honnêteté, d'intégrité et de transparence et en respectant la confidentialité.
  • Traiter et résoudre les différends et les plaintes de manière proactive.
  • Prévoir et éviter tout conflit d'intérêts et toute influence ou relation, réels ou perçus, susceptibles de nuire au bon jugement professionnel.

Aptitude à communiquer oralement

Renvoie à la capacité de transmettre et de recevoir clairement l'information et de communiquer efficacement avec les autres, de répondre de manière appropriée avec tact, diplomatie et de façon persuasive dans un contexte d'insolvabilité ou de réorganisation.

Exemples d'indicateurs de compétence témoignant de l'aptitude du candidat à communiquer oralement :

  • Écouter et répondre de manière appropriée en énonçant l'information ou les faits de façon logique, claire et cohérente.
  • Adapter le niveau de langue à des auditoires variés.
  • Faire preuve de sa capacité de comprendre la nature délicate d'une situation particulière.
  • Utiliser la communication efficacement pour obtenir les résultats souhaités.
  • Interpréter des renseignements complexes ou contradictoires et adopter la ligne de conduite qui convient.
Date de modification :